« Escritores y manuscritos entre dos mundos » – Université Lille 3 – Viernes 1 de abril (10.00-17.00)

« Écrivains et manuscrits entre deux mondes » (dir. Fatiha Idmhand)

Journée d’études – Viernes 1 de abril de 2011 (10.00-17.00)

Université Lille 3, Maison de la recherche (salle 008)

10h00-10h40 : Valentina LITVAN (Université de Metz)  El otro Juan José Saer

Cuando Juan José Saer se va de Argentina para instalarse en Francia ya tiene publicados varios libros. Sin embargo, ese viaje de 1968 marca un momento crucial que deja sus huellas en el proceso de escritura. En sus manuscritos se trasluce un primer período francés particularmente prolífico en el que el autor tantea una voz desde otra posición. Propongo hablar de una poética del distanciamiento o aun de una poética de la otredad que, más allá de encontrar eco en la temática del viaje y del desdoblamiento, se funda en nuevos gestos de creación. Un ejemplo evidente de ello es el cuento “A medio borrar”, fechado en 1971 pero cuyo primer manuscrito aparece en un cuaderno argentino de 1967. Entre las dos versiones del cuento el viaje se asienta en la escrituramediante algunos mecanismos que voy a analizar y que nos permiten leer a Saer como escritor entre dos mundos.

10h50-11h30 : Ana GALLEGO CUIÑAS (Université de Grenade, Espagne) « Mi querido Mario: un gran abrazo, Gabriel ». Cartas de García Márquez a Vargas Llosa.

El ensayo analiza las cartas que desde 1966 a 1970 Gabriel García Márquez le envió a Mario Vargas Llosa, las cuales no han sido publicadas, pero se encuentran archivadas -y a disposición de los investigadores- en la sección de « Manuscritos » de la biblioteca Firestone de la Universidad de Princeton. Se propone entonces examinar y sistematizar los motivos conductores de esta fascinante correspondencia inédita conforme a distintos criterios que explican e iluminan el orbe narrativo de ambos escritores, verbigracia: laboratorio de la escritura, poética de la ficción, y, política e ideología.

11h40-11h50 : Pause

11h50-12h30 : Cécile BRAILLON-CHANTRAINE (Université de Valenciennes)  L’irrésistible appel du théâtre chez Carlos Denis Molina : les premiers balbutiements de la pièce « La boa »

A un moment de sa carrière où Carlos Denis Molina avait, semble-t-il, abandonné le récit et la poésie pour se consacrer au théâtre, il est curieux de constater que la première ébauche de l’œuvre dramatique La boa (1973) était en réalité le chapitre d’un roman qu’il avait commencé à écrire quelques années auparavant. Nous nous proposons ainsi de relever et d’analyser les premières traces du glissement générique qui a pu s’opérer entre ce texte originel et la première mouture de la pièce.  Cette approche nous permettra sans doute de comprendre comment Denis Molina concevait ses drames mais aussi de déterminer le rapport qui l’unissait au genre narratif.

14h30-15h10 : Aurelia ARCOCHA-SCARCIA (Centre de recherche sur la langue et les textes basques IKER-UMR5478 / CNRS-Bordeaux-UPPA)  Le Linguae Vasconvm Primitiae, unicum

L’analyse du texte imprimé Linguae Vasconvm Primitiae, unicum, en basque aux alentours de 1545 à Bordeaux chez Morpain, qui se trouve à la BnF. Grâce à la prise en compte d’éléments tels que la matérialité (typographie, reliure) et l’épitextualité qui avaient été systématiquement négligés dans les travaux des 40/30 dernières années portant sur cet ouvrage (travaux dus la plupart du temps à des universitaires de la péninsule ibérique qui avaient tendance également à « ibériser » l’ouvrage cité), il est à présent possible de renouveler le regard qui a prévalu jusqu’ici sur le LVP et de le replacer dans l’espace aquitain et français des années 1530/1540.

En un  bref préambule : un état de la question sur les travaux d’édition dans le domaine des études basques des deux côtés de la frontière : à la Universidad del Pais Vasco de Vitoria Gasteiz (Communauté Autonome d’Euskadi, Espagne) et au Centre de recherche sur la langue et les textes basques IKER-UMR5478 (CNRS-Bordeaux-UPPA).

15h20 – 16h00 : Sabine PETILLON (ITEM, ENS/CNRS-UMR-8132)   La critique génétique : un panorama

Nous proposons ici d’analyser la problématique de la critique génétique, qui pourrait se définir comme l’analyse des processus d’écriture qui président à l’écriture dans un moment caractéristique : l’écriture en train de se faire. La critique génétique se propose en effet d’étudier des dossiers de genèse (constitués en rassemblant les documents qui ont directement présidés à la genèse de l’oeuvre) et d’en proposer une étude, notamment selon la phase d’écriture. On distingue en effet plusieurs phases de création, qui vont de la recherche documentaire, prise de notes, essais de titre, portraits de personnages, dessins jusqu’à la relecture des épreuves finales, en passant par le moment essentiel qu’est la textualisation.

C’est surtout sur ce moment de textualisation que nous insisterons afin d’observer les différentes opérations scripturaires à l’oeuvre dans l’écriture : ajout, déplacement, substitution, suppression. A l’aide de quelques cas types, nous illustrerons  la mise en place – grâce à aux opérations d’écriture – de motifs (au sens littéraire) propres à quelques oeuvres, et – en gardant notre point de vue de linguiste – nous tenterons de voir ainsi comment le texte en train de se faire constitue un modelage incessant dans le passage de la langue au discours.

16h00 – 16h30 : Discussion et bilan de la journée

Programa Lille 1.4.2011

****

Journée organisée par CECILLE (EA-4074) en association avec l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM, ENS-CNRS/UMR-8132) et l’Institut für spanische Sprache und Literatur – Universität Bern (Berne, Suisse) et organisée dans le cadre du séminaire « Manuscrits hispaniques XIX-XXI/ Manuscritos hispánicos  XIX-XXI » (ITEM, CECILLE, CESR, BERNE).

Responsable de la journée: Fatiha IDMHAND  fatihaidmhand@yahoo.es

Contacts et renseignements : Cécile BRAILLON-CHANTRAINE cecile.chantraine@univ-valenciennes.fr

Fatiha IDMHAND fatihaidmhand@yahoo.es , Bénédicte Vauthier benedicte.vauthier@rom.unibe.ch

***

Pour venir à Lille 3 en métro:

De la gare de Lille-Europe

Prendre le métro, direction St Philibert, ligne 2 – Changer à la première station : gare de Lille Flandres  – Prendre la direction 4 Cantons – Sortir à la station Pont de Bois

De la gare de Lille-Flandres

Prendre le métro direction 4 Cantons – Sortir à la station Pont de Bois

Pour trouver la maison de la recherche à Lille 3:


Bénédicte Vauthier

Bénédicte Vauthier es Catedrática de Literatura española en la Universidad de Berna (Suiza)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *